LOGO Doctinet

 

medecin-patient

Définition

L’accouchement représente un événement particulier dans la vie d’une femme. Au même titre que la grossesse, il existe d’authentiques maladies psychiques spécifiques de cette situation.

La dépression du post-partum en est une, se définissant comme un état dépressif majeur survenant dans les suites d’un accouchement.

Cet état dépressif survient classiquement à distance de l’accouchement, entre la quatrièmement et la sixième semaine. Mais, la définition exacte de cette maladie accepte le développement d’une dépression jusqu’à un an de distance de la délivrance.

 

Fréquence

Cette affection est relativement fréquente, touchant environ 10 à 15% des accouchées. Cette fréquence se trouve nettement majorée, quasiment doublée, chez les femmes ayant déjà eu un épisode dépressif antérieur dans leurs antécédents.

Cette dépression maternelle post-natale correspond souvent, dans 50% des cas, à l’épisode inaugural de la maladie dépressive.

 

Facteurs de risque

On retrouve classiquement des facteurs de risques de développer cette affection :

  • Tout d’abord, un jeune âge maternel ;
  • Également, des antécédents dépressifs familiaux, pas forcément uniquement maternels ;
  • L’existence de difficultés conjugales, surtout s’il n’existe pas des soutiens familiaux de qualité renforce le risque de dépression maternelle post-natale ;
  • Enfin, les comportements du nourrisson, comme en particulier une importante et durable insomnie, majorent ce risque.

 

Les causes de la dépression maternelle du Post-partum

Evidemment plusieurs hypothèses ont été évoquées comme pouvant être responsables de cette maladie, sans qu’aucune soit aujourd’hui avérée.

  • On conservera une hypothèse psychologique, interprétant l’accouchement comme une perte, un deuil de la grossesse, qui représente elle-même, psychologiquement et symboliquement un événement fortement émotionnel ;
  • Une hypothèse psychosociale et affective, centrée sur l’isolement et la paupérisation, par dégradation des liens ;
  • Enfin, il existe une hypothèse structurelle, donnant à la fragilité de la personnalité de ces jeunes mères en particulier, le rôle majeur du développement de cette affection.

Très récemment, deux études anglo-saxonnes ont également associé un taux d'Ocytocine inférieur à la moyenne pendant la grossesse à un risque plus élevé de symptômes dépressifs chez la mère durant la période du post partum. Ces études méritent d'être confirmées par d'autres recherches, ce qui pourrait ouvrir une possibilité de diagnostic plus précoce. À l'heure actuelle, il est néanmoins trop tôt pour envisager une hormonothérapie à titre préventif selon le taux d'Ocytocine maternel.

 

Quels sont les éléments symptomatiques ?

Ils correspondent à ceux d’une dépression classique dans sa présentation habituelle, avec néanmoins parfois quelques particularités.

On reconnaît deux formes particulières :

  • Une forme sévère, que l’on dit mélancolique, marquée par un sentiment majeur de culpabilité maternelle, associée à un important ralentissement psychique et physique, des propos douloureux d’incapacité, voire parfois d’indignité maternelles, et éventuellement des idées délirantes pouvant concerner tout à la fois les compétences maternelles que projetées sur le nourrisson (possession diabolique) ;
  • Une forme au contraire atténuée, heureusement bien plus fréquente, avec une humeur fluctuante, une légère irritabilité, s’accompagnant de pleurs fréquents et d’une légère fatigue matinale. Dans cette forme, on retrouve très fréquemment une auto dévalorisation maternelle sur ses compétences à correctement s’occuper de son enfant renforcée par des « phobies d’impulsion » (comme « se voir » en train de violenter son enfant), ce qui ne fait qu’accentuer le malaise de cette femme.

Devant un tableau évocateur, mais sans être véritablement avéré, certains éléments supplémentaires peuvent orienter le diagnostic, comme en particulier l’existence de symptômes développés chez le nourrisson.

En effet, on retrouve fréquemment des pleurs, des troubles du sommeil, des difficultés d’alimentation, une certaine apathie, une pauvreté des affects, avec dans les cas extrêmes une véritable dépression du nourrisson.

 

Evolution

L’évolution à long terme est le plus souvent favorable, avec une guérison dans des délais classique de 8 à 12 mois.

Néanmoins, deux autres modalités évolutives se retrouvent régulièrement :

  • Des récidives dépressives invalidantes ;
  • L’émergence d’une maladie psychiatrique chronique, plus pénalisante, comme par exemple la survenue d’un trouble bipolaire.

 

Diagnostic différentiel

Tous les troubles de l’humeur durant cette période post-natale ne relèvent pas d’une maladie dépressive. Le classique « Baby blues », absolument pas de nature pathologique correspond à des pleurs spontanés, sans véritable dépression, survenant classiquement vers le troisième jour, d’une durée assez courte allant de quelques heures à maximum dix jours. Il est habituel d’expliquer ce phénomène bénin, par la chute hormonale survenant dans les suites de l’accouchement.

Dans les formes très sévères, mélancoliques, il est parfois difficile de différencier la dépression post-natale d’une autre maladie survenant en périphérie de la grossesse, appelée la psychose puerpérale.

 

Traitement

Le traitement de cette dépression maternelle post-natale dépend, bien évidemment de sa sévérité.

Dans les formes classiques, qui demeurent les plus fréquentes, il n’est pas besoin de recourir à une hospitalisation en service spécialisé en psychiatrie, ni de proposer des mesures « de séparation » mère-enfant, qui seront réservés aux cas sévères.

Par contre, l’allaitement maternel doit être suspendu, afin de permettre la mise en place d’un traitement antidépresseur, qui demeure indispensable, en raison de son passage fréquent dans le lait maternel.

Comme toujours, l’adjonction d’une prise en charge psychologique, psychothérapique, s’avère également essentielle et ce d’autant plus que cette période est particulièrement sensible.

En conclusion, cette maladie fréquente, doit imposer une double vigilance :

  • Une vigilance médicale concernant tout à la fois la mère que son enfant, tous deux potentiellement en danger évolutif ;
  • Une vigilance prospective du fait des modalités évolutives négatives, certes bien moins fréquentes mais malheureusement plus sérieuses et chroniques.

 

A lire aussi

 

Pour quels motifs téléconsulter ?

Etes-vous médecin ? Rejoignez-nous !

Troubles digestifs

  • Brûlures d’estomac et reflux
  • Gastro-entérite simple de l’adulte
  • Diarrhées ou vomissements
  • Constipation

Affections ORL et ophtalmologiques

  • Mal de gorge
  • Sinusite
  • Nez bouché
  • Rhume et syndrome grippal
  • Conjonctivite

Affections uro-gynécologiques

  • Découverte d'une grossesse
  • Cystite, infection urinaire non compliquée
  • Stérilité, infertilité
  • Douleur chronique

Consultation de suivi

  • Réévaluation du patient après une consultation en présentiel
  • Renouvellement d'ordonnance
  • Lecture de résultats d'examens biologiques ou radiologiques
  • Sevrage tabagique
  • Découverte d'une grossesse

Affections diverses

  • Troubles du sommeil
  • Effet secondaire médicamenteux
  • Rédaction d'un certificat médical
  • Prescription de vaccins
  • Acné

Doctinet en chiffres

0
Téléconsultations effectuées
0
Articles publiés
0
Visites par mois

RGPD : Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies de Google Analytics ainsi que de tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales. L'utilisateur peut effacer librement les cookies de son navigateur.