Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

medecin-patient-8

Généralités

La folie d’amour chaste ou érotomanie est une maladie est rentrée dans le domaine populaire, comme de nombreuses autres affections psychiatriques, paradoxalement sous des aspects légers et grivois malgré la sévérité et la gravité de son pronostic.

L’érotomane, femme trivialement vécue comme un fantasme masculin assez fréquent, est régulièrement connotée de façon « excitante » et sexuelle, ce qui ne représente absolument pas sa définition médicale, comme nous allons le voir.

Cette maladie a été clairement identifiée et définie par un psychiatre français, Gaëtan de Clérambaud, au début du XIXe siècle.

 

Définition

Elle se définit aisément par trois signes cliniques cardinaux :

  • Une activité délirante, c’est-à-dire une illusion, qui se développe en dehors de toute réalité ;
  • L’illusion délirante d’être aimé, l’amour étant le sujet central de ce délire ;
  • L’illusion délirante d’être aimé chastement, sans passage à l’acte, a fortiori sexuel.

On comprend dès lors que ces caractéristiques sont de nature à refroidir les plus belles ardeurs fantasmatiques de tout Roméo en puissance !

 

Autres caractéristiques

Ce délire d’amour chaste comporte également d’autres caractéristiques intéressantes.

La personne aimée est souvent une personne socialement inaccessible, de haute stature publique (star, hommes puissants socialement, .. .) comme des notables locaux ou, depuis la médiatisation, des hommes fortement médiatisés.

Le mécanisme délirant est fait d’interprétations de « preuves physiques d’amour émanant de l’être aimé » (tels des sourires, des contacts physiques furtifs…) mais barrées, contrariées par la pression sociale, le statut marital éventuel de l’objet d’amour (homme public marié…), la nécessité de demeurer masqué.

Cela s’accompagne également d’une multiplication effrénée des contacts avec la personne aimée, surveillance de ses moindres faits et gestes, photos volées, connaissance de sa vie privée dans les moindres détails, suivie… d’un « harcèlement » à distance et caché.

Cette activité délirante est parfois surchargée par des hallucinations auditives, toujours marquées par des propos amoureux contrariés.

Cette affection touche essentiellement les femmes, sans particularité d’âge.

 

Evolution

On retrouve une évolution classique en trois phases consécutives :

  • Une première phase d’ESPOIR, durant laquelle la personne attend la révélation de l’amour tant espéré et affiche et affirme au grand jour les sentiments amoureux interprétés par l’érotomane ;
  • Une deuxième phase de DÉPIT : l’être aimé ne s’étant pas déclaré, cette phase est assimilée à une période de tristesse ;
  • La troisième phase est celle de la RANCUNE, source de colère et parfois de passage à l’acte agressif vis-à-vis de l’être aimé ou parfois vis-à-vis de lui-même (suicide).

 

Classification

Cette pathologie est classée dans les délires passionnels, paranoïaques évoluant en secteur, c’est-à-dire épargnant d’autres secteurs psychiques.

 

Fréquence

C’est une pathologie rare.

 

Pronostic

Cette pathologie est de mauvais pronostic.

 

Diagnostics différentiels

Parmi les diagnostics différentiels, on retrouve :

  • la nymphomane, qui correspond à un appétit sexuel exacerbé, les conduites d’érotisation des contacts sociaux, telles qu’on les rencontre dans le cadre de la personnalité histrionique* (anciennement hystérique) ;
  • les délires schizophréniques* ;
  • la psychose hallucinatoire chronique (PHC)*.

 

Traitement

La conduite à tenir est variable, essentiellement selon la phase de la maladie, les traitements s’intensifiant avec l’avancement de la maladie, pouvant aller jusqu’à des hospitalisations sous contrainte en raison de la dangerosité de ces patientes, tant vis-à-vis d’elles-mêmes que vis-à-vis d’autrui.

Les traitements sont peu efficaces, basés sur des médicaments anti-délirants appelés également antipsychotiques, associés à une prise en charge psychothérapique également souvent insatisfaisante et aléatoire.

 

Complications

Les complications sont essentiellement de nature auto-agressive (suicide) ou hétéro-agressive (actes criminels).

 

Pronostic

Le pronostic demeure péjoratif avec des « traitements » très prolongés d’efficacité modeste.

 

A lire aussi

Liste des participants qui ont commenté cet article

  • Invité - IRIS

    BONNE SOIR MONSIEUR,
    j'aimerais bien savoir quels sont les sources que vous avez utilisé par élaborer ce sujet.
    PARCE QUE je veut utiliser votre information pour élaborer mon travail. s'il vous plait..

  • Bonjour,
    Il s'agit d'un sujet que j'avais traité pour mes confrères généralistes il y a environ 10 ans. Mes sources étaient diverses et je ne me rappelle plus de toutes. de mémoire je dirai : L'encyclopédie médico-chirurgicale, l'information psychiatrique, L'encéphale, mais encore une fois sous toutes réserves. Quel type de travail désirez vous réaliser?

Ajouter un commentaire

Doctinet en chiffres

0
Téléconseils effectués
0
Téléconseillers
0
Articles publiés

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.