LOGO Doctinet

 

Jeux videoIntroduction

Il est tout d’abord nécessaire de définir « l’addiction ». Cette notion est d’étymologie latine, « ad-dicere », renvoyant à l’esclavage et donc à la dépendance sous-tendue par une perte de liberté.

Durant le Moyen-Age, être « addicté » était une obligation, une condamnation par un tribunal, d'un débiteur qui ne pouvait pas rembourser sa dette financièrement, à payer son créancier par son travail, correspondant à une sorte de contrainte par corps. Le sujet « addicté » devenant en quelque sorte l’esclave de son créancier.

On retrouve ainsi une dimension essentielle de l’addiction qui est de « mettre son corps en jeu ».

 

Définition

Aujourd’hui, cette notion d’addiction peut être définie ainsi :

L’addiction est une conduite qui repose sur une envie répétée et irrépressible, en dépit de la motivation et des efforts du sujet pour s'y soustraire.
Le sujet se livre à son addiction (par exemple : utilisation d'une drogue ou participation à un jeu d'argent), malgré la conscience aiguë qu'il a - le plus souvent - d'abus et de perte de sa liberté d'action, ou de leur éventualité.

Enfin, il existe une dimension de péril du sujet « addict ».

 

Addiction aux jeux vidéo : mythe ou réalité ?

La question est importante et mérite de s’y attarder. Faire le parallèle entre la dépendance à des toxiques avérés (drogues, alcool…) et les jeux vidéo ne semblent pas forcément évident.

Déjà, il n’existe aucune preuve neurobiologique permettant d’affirmer l’existence d’une addiction à Internet.

La dérégulation neuronale est impossible à démontrer dans les cas d’addiction sans substance (addiction comportementale) du fait que les études in vivo ne concernent que les modèles animaliers. Et la validation de l’addiction des rats de labo aux jeux vidéo pose problème !

Ensuite, la frontière entre la perte de contrôle véritable des impulsions (qui définit véritablement l’addiction) et une simple habitude envahissante (cf. TV ou téléphone) paraît souvent assez ténue.

La notion de mise en péril est à réévaluer dans le cadre des jeux vidéo, ainsi seuls les jeux « d’argent » sont aujourd’hui clairement reconnus comme une forme d’addiction, au sens médical du terme et relèvent donc d’une pathologie.

Le dernier point permettant d’émettre quelques réticences à évoquer une véritable addiction aux jeux vidéo concerne l’absence d’un syndrome de « sevrage » à l’arrêt de l’exposition (vacances) ainsi que la faiblesse des rechutes après le « sevrage ».

Bien sûr, nous ne pouvons pas conclure et trancher entre l’existence d’une véritable dépendance ou seulement des symptômes d’une affection sous-jacente et préexistante.

Il n’en demeure pas moins que le développement d’internet et de l’outil informatique impose cette réflexion devant l’émergence réelle et actuelle de comportements communément compris et admis comme conséquences « pathologiques » de l’usage de cet outil.

Lorsque le plaisir de jouer se transforme en besoin de jouer…

Lorsque le besoin de jouer devient plus fort que la volonté d'arrêter….

Il y a : DANGER.

  • 13 millions de Français sont des joueurs occasionnels ;
  • 3, 8 millions de Français jouent chaque jour à un jeu vidéo ;
  • En France, on constate que 5 % à 10 % de jeunes sont dépendants ou «addicts» aux jeux vidéo.

 

Quels sont les jeux « à risque » addictifs ?

Les jeux de rôle et réseau sont les jeux les plus sollicitants et sont plus souvent générateurs de dépendance.

Le joueur s’identifie totalement à son « avatar », qu’il crée à son image (l’avatar est souvent idéalisé et stéréotypé).

De cette façon, le réel se confond avec le virtuel, il y a perte des repères identitaires et souvent temporo-spatiaux également.

L’alternance jour-nuit, veille-sommeil, la notion de temporalité même s’effacent dans ces mondes virtuels, d’une vie par procuration, « avatardisée ».

 

Comment définir l’addiction aux jeux vidéo ?

Le nombre d’heures passées devant un jeu vidéo n’est pas un indicateur efficace pour démontrer qu’il y a addiction.

On parle d'addiction au jeu vidéo quand celui-ci devient le principal centre d'intérêt par rapport au sport, à la culture, aux copains, aux études et à la famille…

La dépendance se décline sous 2 formes :

  • La dépendance physique qui est l’état d'adaptation d'un organisme à une consommation. Cette dépendance se manifeste uniquement lorsqu'on suspend cette consommation par d'importants troubles physiques appelés syndrome de sevrage. Il n’y a pas de dépendance physique aux jeux vidéo.
  • La dépendance psychique est le désir insistant et persistant de consommer pour obtenir un plaisir ou éliminer une tension ou un malaise. Elle peut se traduire par des manifestations psychosomatiques (irritabilité, anxiété, comportements inappropriés...).

 

Testez-vous  pour évaluer votre degré de dépendance :

  1. Passez-vous plus de temps à jouer que vous l’auriez pensé initialement ? Oui       Non
  2. Cela vous dérange-t-il ? Oui       Non
  3. Des amis ou des membres de votre famille se sont-ils plaints ? Oui       Non
  4. Trouvez-vous difficile de ne pas jouer pendant plusieurs jours ? Oui       Non
  5. Votre rendement, la qualité de votre travail scolaire ou vos relations personnelles en ont-ils souffert ? Oui       Non
  6. Lorsque vous jouez, êtes-vous dérangé par la présence d’autres personnes autour de vous ? Oui       Non
  7. Avez-vous du mal à contrôler l’impulsion de jouer aux jeux vidéo ? Oui       Non
  8. Avez-vous essayé, sans succès, d’écourter l’usage des jeux vidéo ?  Oui       Non
  9. Perdez-vous beaucoup d’investissement et de satisfaction personnelle, à cause du jeu vidéo ? Oui       Non
  • De 1 à 3 réponses positives : il y a une légère tendance à devenir « addict » ;
  • Entre 4 et 6 réponses positives : il y a un risque important de développer une addiction ;
  • Entre 7 et 9 réponses positives : il y a un risque de dépendance.

 

Tentons de mieux comprendre ce qui sous-tend, chez l’adolescent (puisqu’il s’agit le plus souvent d’une plainte parentale concernant son adolescent) l’addiction aux jeux vidéo.

Même si bien entendu, ces hypothèses psychopathologiques ne doivent pas être entendues comme universelles, constantes et applicables à chaque patient, on peut leur reconnaître une réelle cohérence.

Dans la plupart des cas, les jeunes essaient d'exprimer :

  • Un besoin de reconnaissance (état de mal-être parfois mais pas toujours). L’adolescence en tant que période de développement identitaire semble effectivement représenter un terreau fertile au développement d’une pseudo-identité « confortable » surtout auprès des jeunes en détresse lors de leur construction physiologique.
  • Un manque d’estime de soi (besoin de démontrer sa valeur et d'obtenir l'approbation des autres), l’avatar permettant de paraître, de s’inscrire dans « semblant » valorisé.
  • L’adolescent peut également se réfugier dans une addiction car la répétition d’un comportement présente un aspect sécuritaire et donc semble plus intéressante chez l’adolescent en insécurité « interne » face à ses bouleversements physiologiques, sociaux et affectifs.

L’adolescent retrouve dans le langage, les codes, l’aspect communautaire du jeu vidéo en ligne, un moyen de distanciation par rapport à ses parents. Pour s’en convaincre, il suffit de faire l’effort de s’immerger dans le monde des « geek » pour ressentir facilement cette différence de codes et de langage !

Enfin, les campagnes publicitaires valorisent la consommation excessive et parfois le déni de la réalité. « Joue avec la vie », donne parfois un sentiment de toute maîtrise et de toute puissance, qui contraste avec l’appauvrissement et le décalage du joueur dépendant dans sa « vie réelle ».

 

Quelles sont les conséquences de cette dépendance sur la santé des adolescents ?

 Classiquement on peut retrouver comme conséquences :

  • Isolement en particulier familial, social et affectif ;
  • Sédentarité ;
  • Insomnies, inversion du rythme nycthéméral ;
  • Problèmes d’autonomie ;
  • Perte de la notion de temps ;
  • Baisse des résultats scolaires qui représentent souvent les premiers signaux d’alerte ;
  • Troubles du comportement alimentaire (grignotage, « mal-bouffe »), avec comme corollaire des modifications du poids ;
  • Confusion entre le monde réel et le monde virtuel.

 

Conduite à tenir

Devant une suspicion d’addiction aux jeux vidéo, il est nécessaire d’avoir une démarche claire à visée diagnostique mais également à visée thérapeutique.

Il faut bien entendu avant tout que le joueur reconnaisse sa propre dépendance. Sans cette conscience du caractère pathologique, l’implication personnelle dans une démarche thérapeutique sera annulée.

Un diagnostic de dépendance doit être établi par un professionnel.

 

Prise en charge, Traitement

Il existe plusieurs techniques de prises en charge :

  • Les thérapies comportementales ;
  • Les thérapies de groupe ;
  • Les thérapies individuelles ;
  • La thérapie familiale.

Les thérapies comportementales

Elles permettent d’avoir un regard distancié sur son comportement et ainsi le modifier.

Les thérapies de groupe sont également proposées.

Partage d’expériences, repérage du mode d’interaction avec l’environnement, augmentation de l’estime de soi, apprentissage pour s'intégrer dans différents groupes et vivre en relation avec les autres.

Les thérapies individuelles, d’inspiration analytique.

Permettent une analyse des comportements et réalisent des hypothèses intrapsychiques « causales », tout en étant accompagné par un psychothérapeute.

La thérapie familiale

Elle aidera les proches dans une démarche de soin. (Notion du « Patient désigné »).

 

A lire aussi

 

Pour quels motifs téléconsulter ?

Etes-vous médecin ? Rejoignez-nous !

Troubles digestifs

  • Brûlures d’estomac et reflux
  • Gastro-entérite simple de l’adulte
  • Diarrhées ou vomissements
  • Constipation

Affections ORL et ophtalmologiques

  • Mal de gorge
  • Sinusite
  • Nez bouché
  • Rhume et syndrome grippal
  • Conjonctivite

Affections uro-gynécologiques

  • Découverte d'une grossesse
  • Cystite, infection urinaire non compliquée
  • Stérilité, infertilité
  • Douleur chronique

Consultation de suivi

  • Réévaluation du patient après une consultation en présentiel
  • Renouvellement d'ordonnance
  • Lecture de résultats d'examens biologiques ou radiologiques
  • Sevrage tabagique
  • Découverte d'une grossesse

Affections diverses

  • Troubles du sommeil
  • Effet secondaire médicamenteux
  • Rédaction d'un certificat médical
  • Prescription de vaccins
  • Acné

Doctinet en chiffres

0
Téléconsultations effectuées
0
Articles publiés
0
Visites par mois

RGPD : Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies de Google Analytics ainsi que de tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales. L'utilisateur peut effacer librement les cookies de son navigateur.