LOGO Doctinet

 

Phobie socialeGénéralités

La complexité de cette affection réside essentiellement dans son diagnostic, pas dans ses formes classiques ou typiques, mais plutôt dans le cadre des troubles de faible retentissement personnel ou de faible intensité, qui pourraient être compris comme une timidité plutôt qu’une véritable maladie relevant d’un traitement approprié.

 

Définition

On doit définir le trouble « phobie sociale » ainsi :

Une peur persistante et intense d'une ou plusieurs situations sociales ou bien de situations de performance durant lesquelles le sujet est en contact avec des gens non familiers ou bien peut être exposé à l'éventuelle observation attentive d'autrui.

 

Diagnostic

Le sujet craint d'agir (ou de montrer des symptômes anxieux) de façon embarrassante ou humiliante.

L'exposition à la situation sociale redoutée provoque de façon quasi systématique une anxiété qui peut prendre la forme d'une Attaque de panique liée à la situation ou bien facilitée par la situation.

Le sujet reconnaît le caractère excessif ou irraisonné de la peur.

Les situations sociales ou de performance sont évitées ou vécues avec une anxiété et une détresse intenses.

L'évitement, l'anticipation anxieuse ou la souffrance dans la (les) situations(s) sociale(s) ou de performance redoutée(s) perturbent de façon importante les habitudes de l'individu, ses activités professionnelles (ou scolaires), ou bien ses activités sociales ou ses relations avec autrui, ou bien le fait d'avoir cette phobie s'accompagne d'un sentiment de souffrance important.

Pour les individus de moins de 18 ans, on ne porte le diagnostic que si la durée est d'au moins 6 mois.

La peur ou le comportement d'évitement ne sont pas liés aux effets physiologiques directs d'une substance ni à une affection médicale et ne sont pas mieux expliqués par un autre trouble mental (par exemple le trouble panique avec ou sans agoraphobie).

Si une affection médicale générale ou un autre trouble mental est présent, la peur décrite est indépendante de ces troubles.

 

Épidémiologie

Il s’agit d’une pathologie fréquente puisqu’on reconnaît environ 6,5 % de personnes atteintes dans la population générale, mais probablement sous-diagnostiquée en raison des difficultés diagnostiques précitées et en raison des conduites d’évitement des situations d’examen médical.

  • L’âge moyen de survenue est supérieur à 20 ans ;
  • La durée moyenne d’évolution avant le diagnostic et le traitement est de plus de 10 ans !
  • Environ 2 médecins sont nécessaires pour porter le diagnostic de phobie sociale.

 

Conséquences

Les conséquences de cette affection sont toujours très importantes, elle est responsable d’un véritable handicap social.

En plus de cette complexité diagnostique, la phobie s’accompagne fréquemment d’autres troubles psychiques qui renforcent la sévérité et le caractère invalidant de cette pathologie, mais qui peuvent aussi contribuer à faire errer le diagnostic.

Une fois sur deux, il existe un état dépressif majeur (EDM) associé, mais aussi d’autres phobies telles qu’une agoraphobie (peur des espaces ouverts, de la foule, des grands espaces) donnant souvent un aspect de « phobie généralisée » plutôt qu’un trouble phobique spécifique.

Les conduites d’alcoolisations chroniques sont également fréquentes.

Enfin, les « passages à l’acte auto-agressifs » responsables de tentatives de suicide sont malheureusement également relativement fréquents (15 % des cas).

Les retentissements de la phobie sociale sont également sévères. On peut citer :

  • Une perturbation majeure de la qualité de vie : perte d’énergie / fatigue, sentiment d’être en mauvaise santé ;
  • Un impact négatif sur la vie relationnelle : isolement affectif, célibat, absence d’emploi plus fréquent que dans la population générale ;
  • Une dégradation de la vie sociale : peu ou pas de loisirs, repli sur soi.

 

Traitement

La prise en charge de la phobie sociale relève de deux types de traitements, d’efficacité reconnue, et qui peuvent être combinés :

  • La prise en charge psychothérapique et
  • Le traitement médicamenteux.
  • D’autres traitements adjuvants peuvent être intéressants et associés aux traitements majeurs (Relaxation, sophrologie…).

 

La dynamique psychothérapique : les Thérapies Cognitivo-Comportementales (TCC)

Les Thérapies Cognitivo-Comportementales ou TCC (qui visent à modifier les comportements inappropriés et les pensées inadaptées) ont démontré leur efficacité dans le traitement de la phobie sociale.

L’apprentissage de comportements sociaux adaptés (savoir se présenter, parler calmement et distinctement,…), la simulation par jeux de rôle des situations sociales évitées (demander son chemin, aller à une soirée,…) et leur réintroduction progressive (on parle « d’exposition » ou « d’immersion ») dans la vie du patient favorisent la mise en place de relations sociales plus satisfaisantes.

 

 

Les traitements médicamenteux

Le traitement médicamenteux relève d’un traitement antidépresseur de type IRS (Inhibiteur Sélectif de la Recapture de la Sérotonine), ou IRSNA (Inhibiteur de la Recapture de la Sérotonine et de la Noradrénaline).

Dans de très nombreux cas, on retrouve une automédication par des anxiolytiques benzodiazépiniques, ce qui n’a pas d’intérêt curatif véritable, sauf dans le cadre d’urgence anxieuse aigüe.

Cette fréquente surcharge thérapeutique par l’entremise de ces types de psychotropes étant parfois responsable d’une véritable addiction pénalisante.

 

En conclusion

La sévérité globale de cette pathologie tient de :

  • L’importance de la comorbidité dépressive (et du risque suicidaire) et anxieuse avec ses risques d’addiction aux anxiolytiques,
  • et de l’intensité de son retentissement médical et social.

Par ailleurs, il apparaît que de nombreux de patients accèdent assez tardivement à une prise en charge thérapeutique spécifique, ce qui renforce d’autant plus la sévérité de ce trouble.

 

A lire aussi

 

Pour quels motifs téléconsulter ?

Etes-vous médecin ? Rejoignez-nous !

Troubles digestifs

  • Brûlures d’estomac et reflux
  • Gastro-entérite simple de l’adulte
  • Diarrhées ou vomissements
  • Constipation

Affections ORL et ophtalmologiques

  • Mal de gorge
  • Sinusite
  • Nez bouché
  • Rhume et syndrome grippal
  • Conjonctivite

Affections uro-gynécologiques

  • Découverte d'une grossesse
  • Cystite, infection urinaire non compliquée
  • Stérilité, infertilité
  • Douleur chronique

Consultation de suivi

  • Réévaluation du patient après une consultation en présentiel
  • Renouvellement d'ordonnance
  • Lecture de résultats d'examens biologiques ou radiologiques
  • Sevrage tabagique
  • Découverte d'une grossesse

Affections diverses

  • Troubles du sommeil
  • Effet secondaire médicamenteux
  • Rédaction d'un certificat médical
  • Prescription de vaccins
  • Acné

Doctinet en chiffres

0
Téléconsultations effectuées
0
Articles publiés
0
Visites par mois

RGPD : Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies de Google Analytics ainsi que de tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales. L'utilisateur peut effacer librement les cookies de son navigateur.