LOGO Doctinet

 

AlimentsGénéralités

La situation nutritionnelle des enfants est liée à l’augmentation de l’obésité devenue un défi mondial de santé publique. On parle d’épidémie de l’obésité.

 

Épidémiologie

En France, on peut estimer que la prévalence a plus que doublé depuis les années 1980. Les causes de cette épidémie sont encore mal cernées mais plusieurs facteurs sont explorés : la réduction de l’activité physique quotidienne à cause du temps passé devant un écran (télé et/ou ordinateur), l’évolution de l’alimentation sur le plan quantitatif et surtout qualitatif ou encore les modifications du comportement alimentaire (grignotages, désorganisation des repas…).

D’après les mesures de poids et de taille (IMC) recueillies dans l’étude ENNS (Etude Nationale Nutrition Santé) de 2006, 18 % des enfants de 3 à 17 ans sont en surpoids (1 enfant sur 5), parmi eux, 3,5 % sont obèses. Les populations défavorisées sont les plus touchées : l’écart entre les ouvriers et les cadres s’est accru avec 10 fois plus d’enfants obèses chez les ouvriers que dans les familles de cadres contre 4 fois plus en 2002. L’obésité est très forte dans le nord et l’est de la France ainsi que dans les collectivités d’outre mer.

 

Risques liés à l'obésité de l'enfance

Le surpoids ou l’obésité dès l’enfance ont un réel impact sur la santé du futur adulte en augmentant les risques d’obésité à 80% et d’apparition de maladies chroniques (maladies cardio-vasculaires, certains cancers, diabète…). C’est aussi un facteur de détérioration du lien social : les enfants sont souvent mis à l’écart du fait de leur corpulence et se détournent des activités collectives, sportives notamment.

 

Programme national nutrition santé

Face à cet enjeu majeur de santé publique une politique de promotion de la santé via la nutrition s’est construite depuis 2001 avec le programme national nutrition santé (PNNS) dont l’objectif général est « d’améliorer la santé de la population en agissant sur l’un de ses déterminants majeurs, la nutrition ». Neuf objectifs prioritaires et objectifs spécifiques ont été définis ainsi que des repères de consommation et messages simples diffusés auprès du grand public. « Manger bouger », « Manger 5 fruits et légumes par jour »… sont la traduction pratique des recommandations nutritionnelles pour sensibiliser, informer et éduquer les adultes et les enfants au plaisir de manger sainement et de pratiquer une activité physique.

L’éducation à la santé fait aussi partie des missions de l’école sur l’ensemble de la scolarité. Les questions d’alimentation et de nutrition sont abordées dans les programmes scolaires, souvent sous un angle théorique et scientifique qui ne permet pas toujours à l’enfant de faire le lien avec la vie quotidienne. A l’inverse les ateliers pratiques de cuisine, d’éveil au goût et à la diversité alimentaire favorisent la découverte et l’appropriation des différentes dimensions de l’alimentation (plaisir, équilibre, convivialité, différences culturelles).

 

La période de 3 à 11 ans

La période qui va de 3 à 11 ans est une période de croissance et d’apprentissages intenses. En découvrant des goûts, des couleurs, des textures et odeurs variées, l’enfant peut exercer sa capacité à réaliser des choix, en exprimant sa préférence ou son refus à tel ou tel aliment. Le jeune âge est un moment essentiel pour donner aux enfants le goût d’une alimentation la plus diversifiée possible, gage d’un meilleur équilibre alimentaire futur et durable. Il est paradoxal de constater que les profils alimentaires des enfants sont aujourd’hui très monotones, axés sur des aliments majoritairement faciles à avaler (de texture molle), gras et sucrés. (Exemples : viande hachée, nugget’s, compote, pain de mie, yaourt à boire, sodas, etc…)

Parmi les axes de sensibilisation/éducation privilégiés à développer pour cette tranche d’age :

  • L’incitation à consommer des légumes et des fruits variés, de saison, cuits et crus à croquer, de manière générale insuffisamment consommés par les enfants : seuls 20 % d’entre eux en consomment « au moins 5 par jour », plus de la moitié (58 %) en consomment moins de 3,5 portions par jour et sont considérés comme des "petits consommateurs". (ENNS 2006)
  • Faire découvrir les aliments féculents riches en glucides et en fibres : pain, riz, pâtes demi-complètes, légumes secs et encourager leur consommation pour améliorer la satiété entre les repas et éviter le grignotage. Selon l’ENNS 2006, 48 % de l’énergie totale est apportée par les glucides totaux, ce qui est proche des recommandations (50 %) ; Dans le détail on s’aperçoit que les glucides simples contenus dans les produits sucrés (soda, desserts, bonbons, etc…) y contribuent à 14%. Les « véritables glucides lents » sont donc largement sous consommés.
  • Sensibiliser au développement durable et à la surconsommation de certaines protéines (viande surtout et produits laitiers) très excédentaires chez le jeune enfant et qui semble être un des facteurs de l’obésité dans l’enfance puis à l’âge adulte (Rolland-Cachera et al, 1995). 40 % des enfants de 3 à 10 ans dépassent les repères de consommation pour ces deux familles d’aliments, en revanche seuls 28 % des enfants suivent les recommandations et mangent du poisson au moins deux fois par semaine.
  • Encourager la cuisine « maison » à partir de produits « simples et bruts » de meilleure densité nutritionnelle, partagée de manière conviviale, à table et en famille selon un rythme et des horaires convenant à l’enfant (3 repas principaux et 1 goûter léger).
  • Favoriser un minimum de 60 minutes/jour d’activités modérées (jeux, activités de la vie quotidienne) et la pratique régulière d’un sport choisi par l’enfant.
  • Sensibiliser à la qualité et à la durée du sommeil sachant que les études d’observation qui se sont intéressées à la relation entre la durée du sommeil et l’obésité chez l’enfant montrent de façon constante une relation linéaire négative : plus la durée du sommeil est courte, plus le risque d’obésité est important (Marshall et al, 2008).

 

A lire aussi

 

Pour quels motifs téléconsulter ?

Etes-vous médecin ? Rejoignez-nous !

Troubles digestifs

  • Brûlures d’estomac et reflux
  • Gastro-entérite simple de l’adulte
  • Diarrhées ou vomissements
  • Constipation

Affections ORL et ophtalmologiques

  • Mal de gorge
  • Sinusite
  • Nez bouché
  • Rhume et syndrome grippal
  • Conjonctivite

Affections uro-gynécologiques

  • Découverte d'une grossesse
  • Cystite, infection urinaire non compliquée
  • Stérilité, infertilité
  • Douleur chronique

Consultation de suivi

  • Réévaluation du patient après une consultation en présentiel
  • Renouvellement d'ordonnance
  • Lecture de résultats d'examens biologiques ou radiologiques
  • Sevrage tabagique
  • Découverte d'une grossesse

Affections diverses

  • Troubles du sommeil
  • Effet secondaire médicamenteux
  • Rédaction d'un certificat médical
  • Prescription de vaccins
  • Acné

Doctinet en chiffres

0
Téléconsultations effectuées
0
Articles publiés
0
Visites par mois

RGPD : Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies de Google Analytics ainsi que de tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales. L'utilisateur peut effacer librement les cookies de son navigateur.